Nouvelles locales

    Le tribunal administratif vient d’enterrer pour un moment le projet « Saint-Sauveur ». Pour le vingtième anniversaire de Martine Aubry à la tête de la mairie de Lille, nos associations P.A.R.C. et A.S.P.I. ont remporté une victoire historique contre son projet anti-écologique. Elle est le premier coup d’arrêt significatif porté au programme, de plus en plus mortifère, d’« attractivité de la métropole », porté depuis les années 1980 par Pierre Mauroy, Euralille, la grande famille du BTP, et les agences marketing « HelloLille » et « Lille3000 ». Nous pouvons fêter cette victoire, mais nous resterons vigilants contre tout passage en force. Place maintenant à notre contre-projet de coopérative agro-culturelle, et répondons à leurs rêves de grandeur : maintenant, la ferme !

  • Nous venons d’apprendre la défaite à la primaire écologiste de Sandrine Rousseau avec le score - tout de même - de 49 %. Nous publions ici son C.V. qui sans nul doute resservira localement ou nationalement. Comme elle assure que, malgré sa défaite, sa candidature "n’est que le début de quelque chose", apprenez en lisant ceci ce qu’est vraiment son "écologie radicale", en dépit des clivages et constructions médiatiques.

  • A quoi bon user de son droit de vote quand les candidats sont d’accord sur le « projet de société » : la croissance, la puissance et l’emploi techno-industriels. Ainsi, E. Macron et X. Bertrand se bousculent pour s’attribuer leur commune victoire : la construction d’une deuxième usine de batteries pour voitures électriques dans les Hauts-de-France. Le seul horizon possible des plaines de l’Aisne aux côtes de la Mer du nord, c’est celui de la zone industrielle.

Nouvelles globales

    Le vélo électrique est le symbole d’un double retournement technologiste : celui du vieux biclou, et celui de l’écologie. Cinquante ans après les premières manifs à vélo contre le tout- bagnole, la ministre de l’environnement Barbara Pompili, une Verte de Picardie, nous assure en effet qu’acheter un vélo électro-nucléaire, c’est « choisir l’écologie ». Ainsi Porsche choisit l’écologie en commercialisant un vélo à batterie lithium-uranium à 7 000 €. Ou comment faire de la bicyclette un engin de luxe, high tech, qui bousille la planète. Une tromperie que les industriels des années 70 n’auraient pas rêvé de voir propagée par les écologistes eux-mêmes.

  • Avec les restrictions dues à l’épidémie de Covid, cet été les Français ont plébiscité le tourisme local et redécouvert la marche à pied. Mais cet engouement pour la balade s’explique aussi par la démocratisation des chaussures à assistance électrique. Elles permettent de remettre en marche ceux dont le confinement a aggravé la sédentarité. D’autant que l’État vient d’installer 6 000 bornes de recharge le long des chemins de randonnée. Exemple sur le plateau du Vercors, où l’on a constaté combien l’électromobilité est aussi bonne pour la santé que pour la planète.

  • OVH, entreprise roubaisienne et néanmoins « pépite française du cloud computing », a connu ce 10 mars l’incendie accidentel de son data center strasbourgeois. Or, nous venons de recevoir cette lettre de revendication que nous vous livrons telle quelle. Une mise en garde tout de même : Renart réprouve autant ce genre d’actions criminelle que la prise de drogue. Ne retentez pas l’expérience chez vous.

Histoire & Culture

    Vous pensiez que l’Angleterre n’avait été conquise qu’une fois, en 1066, par Guillaume le Normand, époux de Mathilde de Flandre ? Erreur. Vous gardiez le vague souvenir que l’Angleterre avait fait sa révolution bourgeoise un siècle et demi avant la France, en 1640, avec le puritain Olivier Cromwell, et connu une sorte de réplique en 1688, afin d’achever un triomphe sans retour ? Erreur encore, c’est plus compliqué que ça. Si cette étrange invasion/révolution a pu réussir en 1688 en Angleterre, c’est que celle-ci était depuis un siècle et demi en voie d’orangisation – mais les vrais historiens disent de néerlandisation : going dutch. La diaspora flamande ayant déjà imposé sa suprématie technique et son calvinisme besogneux, bases de la future grandeur industrielle, et capitaliste, de l’Angleterre. Reprenons donc l’orangisation de l’Angleterre depuis ses débuts.

  • Nous voici au « Siècle d’or » des Provinces Unies, petit État de deux millions d’habitants, qui, ayant édifié la première République, le premier empire colonial et la première puissance économique mondiale, répand ses « Lumières » (Érasme, Van den Enden, Spinoza) notamment sur la France du Roi Soleil, de Colbert, Descartes, La Mettrie, Diderot, etc. Les Lumières de la raison. Déjà aux schismes protestants, luthériens, calvinistes & cie, succède une critique matérialiste, sinon athée, portée par des penseurs issus de toutes confessions, y compris juive et catholique. Ce rationalisme que les bourgeois néerlandais ont pratiqué dans les techniques, les sciences, l’agriculture, l’industrie, le commerce, etc., en même temps qu’ils le théorisaient, est l’authentique pensée révolutionnaire de la bourgeoisie techno-capitaliste accomplissant sa révolution politique.

  • On verra ici, comment la Reconquista hispano-catholique des Flandres au XVI° siècle, contre les protestants repoussés aux « Pays-Bas du nord », mobilise les arguments, anciens déjà, des franciscains et des dominicains, en faveur du commerce de l’argent. À l’avant-garde de cette reconquête, le corps d’occupation spirituel des jésuites - 3 000 frères pour 32 000 habitants, à Lille au début du XVII° siècle : un pour dix – et leur champion, Léonard Lessius de Louvain (1554-1623), « l’Oracle des Pays-Bas ». Quand il s’agit d’argent, tous les hommes sont de la même religion, selon Voltaire. Mais on verra en fin de compte qu’il ne s’agit pas tant d’argent que de puissance et des moyens de la puissance.